Feng shui = bien être ?

Voila une vingtaine d’années que le feng shui a fait son apparition en occident, largement de quoi ancrer de drôles d’idées dans l’esprit du public, dont celle du bien-être.

Le feng shui n’a pas pour vocation d’apporter le bien-être au sens où celui-ci serait une sensation que l’on aurait dans son appartement. Ce type de perception est du ressort des décorateurs dont la tâche est de restituer par le biais des couleurs, des matières et des objets une ambiance qui correspond à l’attente de leurs clients.

Le feng shui ne s’occupe nullement des perceptions. Comme tous les arts traditionnels, il parle ce qui n’est pas visible, du lien entre le temps, l’espace et l’homme et des conséquences qu’il y a à être à tel endroit à tel moment relativement à ce que l’on attend de la vie, des projets qu’on mène à ce moment là.

Feng shui = un pilote à la barre

J’emploie depuis longtemps la métaphore du véhicule qui me semble la plus appropriée pour toucher du doigt ce qui est en jeu à travers le feng shui. Notre habitat est comme un bateau qui, sans pilote, est balloté au gré des vents et des courants. Il nous amène quelque part, certes, mais où ?

C’est à partir de cette question, « Pourquoi, quand je suis à tel endroit en telles circonstances, je rencontre ce type de difficultés ? », que les anciens il y a 5000 ans, ont commencé à établir des modèles permettant d’établir un lien entre la conformation d’un lieu, un habitat et ce qui arrivait aux occupants.

Il en est né une forme de science, de l’art de piloter ce navire afin qu’il serve nos besoins du moment.

Un individu, un projet, un feng shui spécifique

La conséquence immédiate, c’est que chacun ayant à un moment donné un projet différent, chacun aura besoin d’un pilotage approprié. Exit les conseils passe-partout.

De fait, le feng shui s’appuie sur un diagnostic précis pour identifier, à partir des symptômes manifestés dans la vie et qui freinent le projet, les causes liées au lieu et à l’organisation du lieu de sorte à pouvoir y remédier.

Quel usage du feng shui ?

Il y a bien sûr une grande différence entre concevoir un lieu, choisir un lieu et intervenir sur un lieu déjà existant. Le nombre de paramètres sur lesquels on peut jouer va nettement décroissant.

Idéalement, il faudrait concevoir le lieu approprié au projet que l’on mène. On a parfois l’opportunité de le faire. Si vous avez un projet de construction ou de déménagement, il faut penser à intégrer le feng shui en amont, pas une fois le terrain choisi et les plans terminés, car là c’est trop tard. Le feng shui n’étant pas de la déco, c’est dans le choix du terrain, de l’orientation du bâtiment puis sa structuration que tout se joue, tout en tenant compte des contraintes légales, techniques, …

Pour ce qui est de l’usage le plus courant du feng shui, c’est à dire en dehors d’une construction ou d’un déménagement, il y a beaucoup moins de critères spaciaux sur lesquels on peut jouer :

  • la position et l’orientation du lit car on y passe 8 h par jour et cela nous nourrit,
  • de même que l’emplacement de la cuisine où les aliments qui nous font sont transformés,
  • éventuellement la position et l’orientation du bureau si on travaille chez soi.

Globalement, c’est tout. Par contre, on compense le faible nombre de paramètres spaciaux par une gestion plus fine du temps et on introduit le qimen pour surfer plus finement dessus. Donc pas de feng shui établi ad vitam eternam, ca n’aurait pas de sens. La bonne maille se situe entre l’année et le mois.

La bonne nouvelle, c’est qu’il n’est pas nécessaire de changer la décoration pour avoir un bon feng shui.

 

l'histoire, les outils, les modèles

Pour en savoir plus sur le feng shui

rendez vous sur marip.com